4 octobre 2009

Le pif-paf des droits de réponse

Notre élégante et photogénique députée-maire a eu la bonne idée de faire paraître un droit de réponse à l'article publié par "La Clau". Comme quoi le ridicule ne tue pas.


Par courtoisie nous aussi publions ce droit de réponse.



Quelques commentaires tout de même :

- c'est vrai que madame le maire a rencontré madame Batlle, future présidente d'UMPLO, à son domicile avant les élections de 2007. Madame le maire oublie de préciser qu'elle lui a alors proposé de s'occuper favorablement des antennes une fois réélue et lui a fortement suggéré d'éviter de se manifester pendant la campagne.


"Aie confiance, aie confiance !" (cf. Kaa, pitoyable serpent du Livre de la Jungle).



- des tas de réunions stériles cela ne sert à rien, surtout en présence des opérateurs et d'élus qui se posent le moins possible de questions. UMPLO ne désire qu'une chose : que le principe de précaution soit appliqué et que les antennes soient déplacées.

On pourra noter que depuis décembre 2008 il n'y a plus eu de rencontre UMPLO-mairie.



- deux "experts" sont venus à Villeneuve, invités par la mairie. Deux experts très critiqués pour leur attachement financier aux opérateurs (cherchez De Seze et Aurengo dans google !).


La première réunion avec un Pr de Seze surréaliste, sautillant, pédalant assis sur un coin de table, ironisant sans cesse s'est terminée pour madame le maire en vraie PARADE.


La seconde réunion quelques mois plus tard, avec le Pr Aurengo, fier et sûr de lui au début, mais vite débordé par les contre-attaques de Daniel Oberhausen de PRIARTEM, des membres d'UMPLO et du public, s'est cette fois terminée pour madame le maire en vraie PANADE.


Aurengo-Irles, sur le site de Next-Up (lien)


- non madame, les mesures de Veritas ne donnent pas des résultats négligeables. Ce sont les normes qui sont trop élevées. Alors forcément les mesures relatives sont TOUJOURS et PARTOUT bien inférieures à ces normes. Si l'on fixait une limitation de vitesse à 500km/h en ville ou un taux d'alcoolémie de 100g/l personne ne serait jamais en infraction (pour l'alcoolémie ce n'est pas sûr).
Remarque : qui a conseillé nos gouvernants pour fixer ces normes ? Les fameux experts dont on a parlé plus haut.

De plus ces mesures de l'été 2008 n'ont toujours pas été publiées sur le site Cartoradio de l'ANFR (agence nationale des fréquences).

Autre chose de fort cocasse: dans leur charte de bonne entente avec les collectivités les opérateurs s'engagent à faire réaliser des mesures À LEURS FRAIS !

Pourquoi la commune a-t'elle dépensé 5000€ ? (lien). C'est vraiment ballot !




- même si cela doit avoir un coût de déplacer les antennes, on peut légitimement penser que les redevances engrangées par la commune pendant des années peuvent être mises à contribution. De 2000 à 5000€ par an et par antenne cela fait un beau pécule. Quand on fait une "bêtise" (le terme est gentil) on la répare !

Rappelons qu'au printemps 2008 Éric Touron, suppléant de Mme Irles, avait assuré UMPLO qu'un déplacement éventuel des antennes serait à la charge des opérateurs. En un an la facture a sacrément grimpé !



- les trois pylônes de 35m "pour compenser la hauteur" du village c'est du grand n'importe quoi ! On veut affoler les gens avec des aberrations. On l'a déjà dit : AUCUN VILLAGE DE 4000 HABITANTS AU MONDE N'A TROIS PYLÔNES DE 35m.



- la cerise sur le gâteau : "la mairie attend des réponses concrètes et efficientes ..." ?!?

C'est fort de café ! Les questions c'est nous qui les avons posées : appliquerez-vous le principe de précaution en déplaçant les antennes ? vous engagerez-vous personnellement (tous les élus) sur l'innocuité de ces antennes ?.

C'est nous qui attendons toujours des réponses.



Pour l'instant nous ne voyons que du dédain et peut-être maintenant un peu de crainte. UMPLO ne baisse ni la tête ni l'échine.

Certains ont sous-estimé la puissance de conviction d'UMPLO d'agir pour la santé des Villeneuvois.

Alors forcément, voir une association de braves gens résister à des personnages aussi "importants", cela étonne et dérange.




Une petite vidéo pour agrémenter l'article.

On y entend clairement Madame FAGE, adjointe à la sécurité, rappeler que la commune a proposé trois terrains susceptibles d'accueillir les antennes.


Monique Fage, madame sécurité

On l'entend bien prononcer, après une inquiétante hésitation, que "... le coût n'est pas le problème essentiel ...".


On entend aussi clairement que "Le problème essentiel est la santé de nos administrés".


video

l'interview de Mme Fage par France3 en décembre 2008



Chère Monique, vous rappelez-vous vos propos ? Ou en 9 mois les antennes auprès desquelles vous résidez ont-elles porté atteinte à vos facultés de souvenir ? (rappelons que des troubles de la mémoire sont un des symptômes des affections liées aux émissions électromagnétiques des antennes-relais ou des champs des lignes THT).




Une question qui reste sans réponse : il y a une vingtaine d'élus de la majorité à Villeneuve. AUCUN NE SE POSE DANS SON FOR INTÉRIEUR LA MOINDRE QUESTION ?


Quand un groupe marche toujours dans le même sens sans jamais s'interroger sur sa réelle destination on peut penser à Rabelais:


"Pendant leur voyage au Pays des Lanternes, Panurge se prit, en mer, de querelle avec le marchand Dindenault. Pour se venger, il lui acheta un de ses moutons, qu'il précipita dans la mer. Les bêlements de celui-ci entraînèrent tous ses congénères et le marchand lui-même, qui, s'accrochant au dernier mouton, se noya."



•••••••••••



Droit de réponse à l’article intitulé « Tensions à l’UMP sous couvert d’antennes de téléphonie » paru dans LA CLAU le mardi 22 septembre 2009



Vous avez mentionné dans votre article du 22 septembre 2009 « Tensions à l’UMP sous couvert d’antennes de téléphonie » que les membres de l’association « Un Mât pour les Ondes », qui militent pour le déménagement des antennes de téléphonie mobile du château d’eau de Villeneuve de la Raho, ont affirmé : « Mme IRLES ne souhaite absolument pas les recevoir et verrouille le dossier ». En outre, vous ajoutez que Monsieur MACH, Maire de Pollestres, souhaite « mobiliser le Président de l’Agglomération, à la polémique ».


Les faits officiels suivants sont vérifiables en mairie de Villeneuve de la Raho:

  • Un premier entretien avec l’actuelle présidente de l’association a eu lieu en 2007.
  • Le 27 septembre 2007, Mme IRLES, Député Maire de Villeneuve de la Raho, a reçu en mairie les riverains du château d’eau accompagnés de l’actuelle Présidente de l’association ;
  • En février 2008, Mme IRLES s’est rendue, pendant plus d’une heure, avec sa collaboratrice, au domicile de l’actuelle Présidente pour évoquer le sujet des antennes relais ;
  • Le 16 avril 2008, une réunion a eu lieu avec les membres de l’association, les représentants de l’agglomération, les trois opérateurs de téléphonie mobile, Mme le Député Maire et les cinq élus municipaux en charge du dossier ;
  • Le 15 mai 2008, une réunion s’est déroulée à Perpignan dans les locaux de l’agglomération Perpignan Méditerranée, avec les membres de l’association ;
  • Le 17 juillet 2008, Mme le Député Maire a réuni les techniciens de l’agglomération Perpignan Méditerranée, les trois opérateurs et les membres de l’association en mairie ;
  • Le 16 octobre 2008, Mme le Député Maire, les membres de l’association, les opérateurs et les techniciens de l’agglomération se sont réunis à Villeneuve de la Raho ;
  • Le 12 décembre 2008, les membres de l’association et les élus en charge du dossier se réunissaient à la mairie de Villeneuve de la Raho ;
  • Le 8 janvier 2009, une réunion publique s’est tenue à la salle des fêtes de Villeneuve avec Monsieur le professeur de Sèze, médecin radiologue et chercheur depuis 15 ans sur les ondes électromagnétiques ;
  • Le 18 mai 2009, une nouvelle réunion publique s’est tenue à la salle des fêtes de Villeneuve en présence de Monsieur le professeur Aurengo, membre éminent de l’académie de médecine, spécialiste des effets des ondes électromagnétiques sur la santé.


Précisions : Début 2008, l’actuelle Présidente de l’association, remettant en cause les rapports fournis par les opérateurs mobiles faisant état de très faibles impacts des antennes, demandait un nouveau rapport. Afin de réaliser cette étude, le choix lui fut donné par la mairie de Villeneuve de la Raho entre trois organismes agréés: Elle choisit « VERITAS ». Les 2 et 3 juillet 2008, des mesures ont été prélevées, jour et nuit, sur plusieurs points du village. Un rapport très détaillé est venu confirmer les mesures fournies les années précédentes par d’autres organismes agréés et révélant des impacts de 30, 50 et 100 fois inférieurs aux normes requises. Le coût de cette étude fut de 5000€ payé par l’agglomération et retenu sur le budget « eau » de la commune.


Cette étude, comme les précédentes, a été remise en cause par l’association.


Le 1er octobre 2008, une étude de déplacement des antennes sur 3 parcelles situées, en triangle, autour de Villeneuve de la Raho, était demandée aux opérateurs de téléphonie mobile par Mme le Député Maire.


Résultat : le village étant construit sur une colline, problématique différente de Pollestres et de tout autre village « plat », il est nécessaire d’implanter en triangle, autour de la commune, au mieux trois pylônes de 35m pour compenser la hauteur de la colline.


Avec pour conséquence :

  • d’augmenter l’intensité des émissions des antennes alors plus éloignées (où est l’amélioration sanitaire ?);
  • de créer une pollution visuelle indéniable (beaucoup de riverains se sont déjà exprimés contre cette solution);
  • de modifier la couverture actuelle des réseaux ;
  • de générer un coût de déplacement de 400 000HT à la charge du budget « eau » de la commune.


Avant de lancer cette procédure lourde qui risque une nouvelle remise en cause, Mme IRLES a demandé le 5 juin 2009 à l’association « Un Mât pour les ondes », de formuler des propositions précises sur ses attentes et ses solutions espérées.


Le 9 juin 2009, l’opposition municipale se faisant son écho, suggérait d’implanter sur tout le village des micro-antennes. Cette solution est irréalisable et n’a été adoptée sur aucune commune en France.


La mairie de Villeneuve de la Raho est, à ce jour, dans l’attente de réponses concrètes et efficientes de la part de l’association « Un Mât pour les ondes »…


Aucun commentaire: